Que cache la timidité ?

Nous avons tous vécu un moment de timidité où nous perdons nos moyens et nous rougissons ou nous nous mettons à bafouiller. Essayons de voir d’où vient cette grande émotivité.

Comprendre la timidité

La timidité se manifeste par un sentiment de gêne, de trouble émotionnel face à une situation ou un contact avec une personne hors du cadre de vie habituel. La timidité peut se soigner. Elle perturbe la personnalité et les actes de la personne qui en est victime. En effet, certains sont des timides occasionnels, d’autres des timides épisodiques. Enfin, il y a ceux qui le sont tellement qu’ils en sont handicapés dans la vie courante.

Dans tous les cas, la timidité n’est pas un trait de caractère, car même un grand timide a ses périodes de calme et peut maîtriser ses émotions et ses réactions. On peut en fait qualifier la timidité de maladie fonctionnelle qui se manifeste par une réponse inadaptée vis-à-vis d’une situation donnée à laquelle s’ajoutent des situations intimidantes. Des situations peuvent être un entretien d’embauche, une discussion avec une personne du sexe opposé, une convocation inhabituelle du chef hiérarchique ou une prise de parole en public.

Les facteurs qui provoquent la timidité

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la timidité ou d’un manque de confiance en soi. Un enfant surprotégé par les parents qui ont pris toutes les décisions à sa place peut expliquer la timidité. Elle est également due au caractère dominant des parents qui supportent mal une volonté différente de la leur. Des conflits au sein d’une famille ou des frustrations par manque d’affection ou de compréhension peuvent facilement provoquer la timidité.

Dans tous les cas, la timidité est une question purement psychique. Quel que soit le degré de timidité d’une personne, elle peut progresser et se valoriser en reconnaissant ses qualités. En outre, son entourage peut très bien l’encourager dans ses initiatives et la soutenir dans ses différentes démarches. Des séances de relaxation peuvent l’aider à canaliser ses émotions. Lorsque la timidité présente un véritable handicap, le recours à la psychothérapie ou la psychanalyse associée à un traitement médical s’impose.

Autres articles à lire

  • La chronopsychologie pour mieux se connaître

    Vous savez par expérience, les périodes de la journée pendant lesquelles vous êtes, au maximum : c’est ce qu’étudie la chronopsychologie.

  • La dépression et l’âge

    Depuis la découverte de la dépression il y a environ une quarantaine d’années, l’épidémiologie faite par les psychiatres n’a cessé d’évoluer. Ceci a permit d’affirmer que la dépression peut atteindre tous les âges (les bébés, les enfants, les adolescents, les adultes et même les vieilles personnes).

  • Du mensonge à la mythomanie...

    Dès l’âge de 3 ans, un enfant apprend à mentir. Où s’arrête le mensonge et où commence la mythomanie ?

  • Les premiers pas pour vaincre la timidité

    La timidité n’est sûrement pas un vilain défaut, car tout le monde est timide, mais à des degrés différents. Certains le sont plus que d’autres. Voix tremblante, joues rouges, mains moites… Il existe plusieurs astuces pour sortir petit à petit de sa timidité à condition de vraiment le vouloir.

  • L’importance de la communication dans le couple

    De plus en plus de couples ne prennent pas conscience de l’importance de la communication. Dans la routine de la vie quotidienne, la mauvaise ou le manque de communication crée des tensions. C’est parfois à un stade extrême que l’on se rend compte que la communication est essentielle dans le couple.

Haut de page